Malgré les premiers signes encourageants qu’ont été les efforts de lobbying pour la rédaction une charte de droits complète (voir le rapport Focus 2013), la situation s’est dégradée suite à de nouvelles initiatives prises par le gouvernement pour restreindre le travail des ONG humanitaires et volontaires, y compris les organisations de la société civile engagées dans le plaidoyer, la défense et la surveillance du respect des droits de l’homme[1]. De plus, l’éclatement d’un conflit civil armé en décembre 2013 a augmenté le nombre de violations des droits de l’homme et de menaces visant le travail des défenseurs[2].